Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Haute saison touristique et Ramadan : Des formules adaptées au mois saint ?

Les hôteliers commencent à développer des offres compatibles avec le rythme du mois sacré pour capter une clientèle libyenne et algérienne réputée très dépensière.
L’industrie touristique connaît d’habitude une baisse de régime durant le mois de Ramadan. Les touristes algériens et libyens désertent massivement nos plages faute d’offres qui répondent à leurs besoins durant ce mois sacré. Les tour-opérateurs, quant à eux, conseillent aux Européens d’éviter les séjours durant ce mois saint. A titre d’exemple, le tour opérateur Jetair a averti, l’année dernière, ses clients sur les risques d’éventuelles « mésaventures liés au mois de Ramadan » durant leur séjour à Djerba. «Le ramadan commence cette année durant le mois d’août. Ce qui signifie que les Musulmans, durant tout un mois, ne mangeront ni ne boiront du lever au coucher du soleil. Les restaurants en ville sont, donc, souvent fermés durant la journée. Dans les hôtels, l’offre des restaurants peut être limitée, l’alcool introuvable, ou uniquement dans les chambres. De même, les animations peuvent être réduites voire supprimées », précise le voyagiste dans un communiqué diffusé sur son site Internet. Un avertissement de nature à freiner le départ vers les pays musulmans.
Offres sur mesure pour les Maghrébins
Comme le mois du jeûne coïncidera cette année avec la haute saison touristique, les professionnels tunisiens tentent dès maintenant de s’adapter au calendrier. «Des offres sur mesure seront développées au profit de la clientèle libyenne et algérienne», a indiqué une source bien informée à l’Office national du tourisme tunisien (ONTT). Cette cheville ouvrière de la promotion du tourisme encourage, en effet, les hôteliers à développer des produits respectueux des traditions islamiques comme le bannissement de l’alcool dans certains espaces des unités hôtelières, l’aménagement de salles de prières, la nourriture à 100% «halal» où encore l’orientation des touristes maghrébins vers les lieux de culte et les centres d’animation. L’administration ne perd pas de vue que la destination Tunisie a été en quelque sorte sauvée par ses voisins pétroliers en 2009. Avec 6,9 millions d’entrées, soit une baisse de 2,1% de visiteurs, et des recettes en hausse de 2,1% par rapport à l’année précédente ( 3406 millions de dinars), la Tunisie a fait mieux que plusieurs autres destinations méditerranéennes, dont l’Espagne, la France et Malte.  Cet heureux bilan est le résultat du rush des touristes libyens et algériens sur la Tunisie. Avec  trois millions de touristes, soit une croissance de 12,9%, la Libye vient en tête des pays émetteurs de touristes vers la Tunisie. Le marché algérien est, quant à lui, resté stable (presque un million de touristes). A l’échelle européenne, on enregistre des régressions sur tous les marchés à l’exception des marchés britannique, turc et luxembourgeois.
Les hôteliers innovent
La ruée des Libyens et des Algériens, réputés très dépensiers, constitue depuis quelques années un matelas providentiel de nature à atténuer les effets de la désertion des Européens, suite à la crise internationale. Selon l’ONTT, une famille algérienne composée de quatre personnes en moyenne dépense environ entre 2000 et 3000 euros par semaine durant son séjour en Tunisie, soit deux fois plus qu’un touriste originaire de l’Europe de l’Est. «Grâce aux touristes algériens, un supermarché sis à Sousse a été ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept», confie un hôtelier de la région.
Du côté des hôteliers, l’intérêt se porte sur le développement de formules «deux en un» : profiter des plaisirs des vacances tout en observant le jeûne. . “Le marché algérien est très important, nous tenons à le garder et à le bichonner”, déclare le P-DG de Nahrawess qui, pour illustrer ses propos, précise que chaque Algérien dépense en moyenne par semaine 500 dollars. Ce qui n’est pas du tout à négliger et qui contribue à l’essor de l’économie tunisienne.
Les Algériens auront cet été tout ce qu’il faut pour passer le Ramadan en Tunisie», a indiqué Habib Bouslema, PDG de l’hôtel Nahrawess à Hammamet lors d’un méga-tour organisé récemment au profit de représentants des médias algériens.
Selon lui, les touristes algériens et libyens peuvent joindre l’utile à l’agréable, d’autant que les nuits sont très animées. Ils se verront, par exemple, servir une table d’Iftar tunisienne pour découvrir nos traditions culinaires durant le mois saint. Le soir, des soirées musicales et des visites guidées des monuments islamiques seront proposées aux touristes.
Certaines agences de voyages projettent, par ailleurs, d’organiser des excursions dans la ville du Kairouan, avec à la clef l’accomplissement de la prière des « Tarawih » dans la Grande Mosquée Okba Ibnou Nafaâ.
Ces formules ne remettront pas, toutefois, en question le climat de tolérance qui règne en Tunisie puisque des restaurants et des bars touristiques continueront à ouvrir leurs portes pour servir non musulmans…


Walid KHEFIFI


Le « tourisme halal » se développe dans le monde musulman


De nombreux pays d’Asie et du Moyen-Orient développent depuis quelques années des offres touristiques dédiées aux musulmans. Des hôtels « conformes à la charia» apparaissent à Duabï, au Caire, mais aussi à Rabat et un peu partout dans le monde musulman.
A Dubaï, des palaces bannissent l’alcool et prévoient des piscines uniquement pour femmes mais aussi des «Women Floor», des étages uniquement pour femmes. Au Maroc, un cinq étoiles sans alcool et sans night club a été inauguré en 2005. En Turquie, ces «hôtels alternatifs» sont au nombre d’une trentaine aujourd’hui.
Ce tourisme respectueux des préceptes de l’Islam pourrait s’illustrer à l’avenir par la création d’une compagnie aérienne, à l’image de celle à bas prix lancée en 2007 par le Vatican pour cibler les pèlerins catholiques. Une telle compagnie pourrait offrir de la nourriture à 100% halal ou encore aménager des salles de prière dans ses appareils.
En Tunisie, ce genre de tourisme n’est pas à l’ordre du jour, selon une source bien informée au ministère du Tourisme. Et pour cause : même s’il peut sembler porteur à première vue, le «tourisme halal» pourrait faire du tort au tourisme traditionnel, c’est-à-dire occidental.

  Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com

Haute saison touristique et Ramadan : Des formules adaptées au mois saint ?

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Hammamet autrement
  • Le blog de Hammamet  autrement
  • : Hammamet Autrement & plus encore
  • Contact

Profil

  • mon
  • Tu n'as pas aujourd'hui de prise sur demain,
Mais y songer c'est se donner l'esprit chagrin.
Ne gâche pas l'instant tandis que ton coeur veille:
Ce qui te reste à vivre est encore incertain.
o.khayam
  • Tu n'as pas aujourd'hui de prise sur demain, Mais y songer c'est se donner l'esprit chagrin. Ne gâche pas l'instant tandis que ton coeur veille: Ce qui te reste à vivre est encore incertain. o.khayam

Recherche

Culture