Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
 Les quatre vérités du tourisme tunisien, en Allemagne et ailleurs.

Les chiffres du tourisme tunisien sur certains marchés comme celui de l’Allemagne, sont en déclin depuis l’année 2000, et ils ne se sont jamais relevés pour franchir à nouveau le cap historique du millionième touriste, un score dû, non aux performances propres du tourisme tunisien, mais à une conjoncture internationale dan les pays concurrents de la Tunisie. De 2000 à 2002, date du malheureux attentat de Djerba qui va accentuer et souligner cette tendance baissière, les chiffres des touristes allemands en Tunisie, iront baissant de plus d’un millions à 613 mille touristes en 2002 et jusqu’à pas plus de 484 mille touristes, l’année dernière. Qualité médiocre et rapport qualité prix injustifié pour la Tunisie En 2009, le nombre des touristes allemands en Tunisie, pourtant champions mondiaux des vacances, baisse de 2,7 %. Toutes les explications de cette contreperformance de la Tunisie ont été énumérées dans un précieux rapport distribué à l’occasion de l’ITB de Berlin, qui a même mis le doigt sur les véritables maux du tourisme tunisien [en Allemagne et ailleurs] et désigné du doigt ses tares et ses avatars. Et alors que d’autres destinations concurrentes (notamment la Turquie et l’Egypte que la Tunisie aidaient il y a quelques années à construire un secteur touristique économiquement performant) se remettaient en cause, se transformaient, transformaient et adaptaient leurs produits et stratégies et augmentaient leurs budgets de communication, la Tunisie, hôteliers, professionnels de tout le produit et autorités économiques et financières, dormaient sur leurs lauriers. La Tunisie «passe maintenant pour une destination bon marché, démodée, ennuyeuse avec une connotation de qualité médiocre», explique un rapport, serein, courageux et opérationnellement optimiste [et il faut leur rendre justice en cela] de l’équipe de l’ONTT à Frankfurt. Ce jugement nous a été confirmé, de vive voix, par les premiers dirigeants des deux plus importants TO allemands qui travaillent sur la destination Tunisie. «Le client [allemand] a décidé que la Tunisie doit améliorer la qualité de son produit et diminuer ses prix et qu’actuellement la qualité ne vaut pas les prix pratiqués», nous disait en substance Boris Raoul Manager Director de FTI (Frosch Touristik Gmbh), rencontré à l’ITB de Berlin. Ingo Burmester, Executive Director de TUI, nous indique en marge de cet important salon mondial du tourisme qu’il est subjugué cette année par l’imposante présence turque (un pavillon de trois mille mètres carrés et une communication qui déborde rues et médias de Berlin), que d’autres pays ont pris la place de la Tunisie et fait mieux qu’elle dans son créneau du tourisme familial pas cher et que si elle veut se rattraper, elle doit encore baisser ses prix. Le verdict des TO, ces «grossistes» du tourisme international qui font la pluie et le beau temps pour les hôteliers tunisiens (les TO détiennent entre 80 et 90 % de l’offre touristique tunisienne), est sans appel. Il ne restera alors aux hôteliers tunisiens que leurs yeux pour pleurer, à l’image de ce professionnel tunisien que nous avions rencontré sur le stand tunisien à Berlin et qui nous interpellait en disant que «je vais montrer mes contrats d’alottement au ministre et qu’il me dise comment je vais faire pour payer les banques». Les quatre vérités qui font mal ! Sereinement et tirant les leçons des déconvenues du tourisme tunisien en Allemagne, le rapport de l’ONTT Frankfurt énumère les problématiques du marché allemand et les handicaps de l’offre tunisienne en la matière. Au chapitre des problématiques, on indique «un produit touristique qui n’évolue pas», qui se dégrade même et «dégrade par conséquent l’image de la Tunisie», le groupe cible du tourisme tunisien en Allemagne qui a tendance à baisser, l’offre balnéaire (créneau jusque là porteur de la Tunisie) qui se développe ailleurs sur la Méditerranée, comme en Egypte et en Turquie, une accessibilité aérienne des pays concurrents alors que celle de la Tunisie diminue et surtout un budget tunisien du marketing et de la communication qui n’augmente pas, comme le font les autres pays concurrents de la Tunisie. Au chapitre des handicaps, on retrouve une «Tunisie principalement vendue par les agences de voyages » alors que leur avenir est menacé par la crise et se réduit, une «Tunisie qui ne dispose pas d’une commercialisation propre, alors que ses concurrents bénéficient d’un avantage de taille à ce niveau et ne sont pas dépendants des TO », une donnée «disponibilité et la proximité des vols [tunisiens] qui se dégrade au cours des dernières années » et un «manque d’homogénéité de la qualité des prestations touristiques, qui n’encourage pas davantage à la réservation sur Internet », cela sans compter que les hôteliers tunisiens ne sont nullement préparés à cette nouvelle technique de réservation et beaucoup ne disposent même pas de sites Internet. Ce diagnostic, objectif dénudé de tout chauvinisme est, en plus, applicable à toutes les offres touristiques tunisiennes pour plus d’un autre pays européen et expliquerait beaucoup de choses. Ce diagnostic, douloureux car il touche l’image de tout le pays, devrait appeler une réunion des états généraux du secteur, pour l’étudier, pousser le secteur à une courageuse autocritique et le stimuler pour trouver la stratégie et les solutions qui s’imposent pour améliorer l’offre touristique, l’adapter à la demande et aux tendances, mieux la vendre, échapper au joug des TO qu’on finance par l’argent tunisien et pour que la Tunisie retape son image et préserve ses parts de marché !

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Hammamet autrement
  • Le blog de Hammamet  autrement
  • : Hammamet Autrement & plus encore
  • Contact

Profil

  • mon
  • Tu n'as pas aujourd'hui de prise sur demain,
Mais y songer c'est se donner l'esprit chagrin.
Ne gâche pas l'instant tandis que ton coeur veille:
Ce qui te reste à vivre est encore incertain.
o.khayam
  • Tu n'as pas aujourd'hui de prise sur demain, Mais y songer c'est se donner l'esprit chagrin. Ne gâche pas l'instant tandis que ton coeur veille: Ce qui te reste à vivre est encore incertain. o.khayam

Recherche

Culture