Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 20:40
Boulevard St Germain - Café de Flore
Boulevard St Germain - Café de Flore

Paris, Paris ....

Qui n'aime pas cette ville surtout si, il y a vecu un moment à l'époque de sa jeunesse.

Voici une évocation par l'image de cette ville magique dans les années 50/60.

Bonne balade.

Montmartre Painter Paris 1952 Robert Capa

Montmartre Painter Paris 1952 Robert Capa

Robert Doisneau La cavalerie du Champ de Mars - Paris 1969

Robert Doisneau La cavalerie du Champ de Mars - Paris 1969

Latin QuarterParis 1950s© Walter Carone / Paris-Match

Latin QuarterParis 1950s© Walter Carone / Paris-Match

Willy Ronis Belleville  - Paris 1948

Willy Ronis Belleville - Paris 1948

Modelo Givenchy - Les Champs-ElyséesParis 1953 Pierre Boulat

Modelo Givenchy - Les Champs-ElyséesParis 1953 Pierre Boulat

mimbeau: Aux Halles Paris 1960sFrank Horvat

mimbeau: Aux Halles Paris 1960sFrank Horvat

Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 09:33
Carnaval international à Hammamet / un symbôle

Cette année le carnaval de Hammamet prend une dimension extraordinaire car il se tient à un moment spécial de la vie du pays.

La 3e édition du Carnaval international de Yasmine-Hammamet, prévu les 18 et 19 mars 2016, sera une occasion de rencontres et de partage avec la participation de différents pays : Indonésie, Algérie, Sénégal, France et autres

La troupe Indonésienne est celle qui a été choisie comme invitée d'honneur .

"le Carnaval en Indonesie, souligne généralement, quatre des plus célèbres légendes javanais folk-le: le andhe-andhe Lumut, Ratu Kencana Wungu, Ratu Laut Selatan (L'histoire de la reine des mers du Sud), et le romantique conte de Roro Jongrang qui a mené à la création du Temple de Prambanan."

Bonne fête à tous, allez y nombreux

Carnaval international à Hammamet / un symbôle
Carnaval international à Hammamet / un symbôle
Carnaval international à Hammamet / un symbôle
Carnaval international à Hammamet / un symbôle
Carnaval international à Hammamet / un symbôle
Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 08:15
Delhi : un Manhattan à Bollywood ? ou la faillite des modèles importés ??

Article intéressant, à lire, montrant la tendance actuelle de la modernisation à outrance qui ne tient pas compte du bonheur, quelquefois succinct du citoyen .

Cette tendance n'est pas propre à l'Inde et nous pouvons constater ce modèle, moins connecté il est vrai , dans beaucoup de pays méditerranéens.

"Delhi fait partie des 20 villes sélectionnées pour le programme indien Smart Cities. Sélectionnées sur des critères “rigoureux”, le gouvernement va fournir à présent une expertise pour évaluer l’amélioration des services urbains, en d’autres termes, dépenser de l’argent pour créer de nouvelles infrastructures qui excluent les miséreux et serviront aux plus heureux."

"Il va sans dire que les élites ont souvent beaucoup de mal à se projeter dans la pauvreté des pays qu’ils ont en charge. Le désespoir, la solitude sociale qui règnent sont à milles lieues de nos politiques. "

Lire la suite : http://www.objetconnecte.com/delhi-de-facies-ou-lanti-smart-city-2402/

Delhi : un Manhattan à Bollywood ? ou la faillite des modèles importés ??
Delhi : un Manhattan à Bollywood ? ou la faillite des modèles importés ??
Delhi : un Manhattan à Bollywood ? ou la faillite des modèles importés ??
Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 18:59

 

120831091429478012.jpg

La vanité des choses comparée à la réalité: 

Un résumé succinct du livre "Les Identités meurtrières" d' Amin Maalouf de l'Académie française (.babelio.com) nous révéle :
Que signifie le besoin d'appartenance collective, qu'elle soit culturelle, religieuse ou nationale ? Pourquoi ce désir, en soi légitime, conduit-il si souvent à la peur de l'autre et à sa négation ? Nos sociétés sont-elles condamnées à la violence sous prétexte que tous les êtres n'ont pas la même langue, la même foi ou la même couleur ? Né au confluent de plusieurs traditions, le romancier du Rocher de Tanios (prix Goncourt 1993) puise dans son expérience personnelle, aussi bien que dans l'histoire, l'actualité ou la philosophie, pour interroger cette notion cruciale d'identité. Il montre comment, loin d'être donnée une fois pour toutes, l'identité est une construction qui peut varier. Il en dénonce les illusions, les pièges, les instrumentations. Il nous invite à un humanisme ouvert qui refuse à la fois l'uniformisation planétaire et le repli sur la " tribu ".

Ainsi des absurdités peuvent apparaitre quand on stigmatise une communauté, par exemple :

En 1848, l'Algérie, annexée alors à la France, fut organisée en trois départements :
• Département d'Alger (91)
• Département d'Oran (92)
• Département de Constantine (93)

En 1860 : la cession, par le royaume de Sardaigne (traité de Turin), du Duché de Savoie et du comté de Nice donne lieu à la création notamment de la Savoie et de la Haute-Savoie,

On ne pensera jamais qu'un descendant d'un Algérien a été Français avant un Savoyard .
Moncef

Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 19:03

 

Avertissement : Gentes dames et nobles Messieurs, ce qui va suivre n’est qu’une peinture d’une vie imaginaire  que personne n’a souhaité vivre, dans une ville de rêve dont personne  n’a choisi d’y  séjourner, avec des gens charmants que personne n’a choisi de côtoyer…

 

 

 

Encore un dimanche de m….


C’était un dimanche, une des journées les moins supportables de la semaine.

La journée commence par les courses et le café avec les amis, l’ennui étant plus supportable à plusieurs

Dans le quartier où j’habite, existe un petit supermarché, où les habitués se rencontrent sans se connaitre.

On commence par les clients du matin : les vieux retraités et les ménagères.

Les uns viennent par délivrance de la nuit, longue, sans fin pour ceux que le sommeil a quitté depuis longtemps.

Chaque matin est  pour eux une renaissance avec son lever du soleil et puis…son  nouveau journal.

Ils sont là, les premiers, rasés de prés, astiqués, les vêtements immaculés, comme s’ils devaient, enfin, avoir une journée différente de celle qu’ils ont vécus, hier,  dans cette vie d’inactivité, d’inutilité : l’antichambre de la mort.

Certes les nouvelles sont les mêmes que la veille sauf pour la rubrique décès, en fait, ce sont  les seules nouvelles quasi-réelles et vérifiables que l’on peut croire sans difficulté, d’ailleurs elles ne sont jamais sur Facebook, ce qui accrédite leur sérieux.

Qui achèterait « La Presse » si on enlevait cette rubrique, car ce journal a survécu depuis sa naissance grâce aux morts de la veille, car pour le reste la télé est plus rapide.

Et puis, on se  sent encore plus vivant, lorsqu’on apprend la mort d’un plus vieux que soi, plus malade, ou plus malchanceux…

La deuxième catégorie est celle des ménagères, qui pense que plus tôt les courses faites, il y a plus de fraicheur dans les achats de légumes et moins de monde à la caisse.

 

Puis vient l’heure fatidique, midi : l’heure du vice.


Dans l’ancien temps, c’est  à cette heure que les préparatifs pour aller au stade battaient leur plein, mais depuis que le citoyen a acquis sa dignité d’homme libre, le football se joue devant des gradins vides et la passion changea d’objectif.

Une bonne partie des officianados, avança l’heure de l’apéro pour aller embrasser les goulots des « Celtias » , dans un des bars borgnes de la capitale, avec pour kémia des fèves au cumin  .

 

Attablé  devant une forêt de bouteilles vides, l’œil  morne, le front plissé, le visage buriné par la fatigue, la chaleur moite et les dégâts du temps, l’homme se sent  proche de ses amis de beuverie par  la convivialité que procure l’alcool en ce moment précis, car Il préfère supporter les bordées d’injures, le brouhaha sourd du bar, les senteurs dégagés par la sueur  et  la cigarette et si par malchance, il est  placé  sur les chemins des toilettes,  les relents d’ammoniac naturel qui s’en dégage,  que  rencontrer sa belle mère en visite à la maison, ou supporter les ronchonnades de sa femme et de sa progéniture.


D’autres, plus frimeurs se refugient dans les restaurants où il fait bien d’être vu, commandant les vins les plus fins, du moins sur les étiquettes, et faisant semblant d’apprécier  des pâtes, gluantes,  aux  fruits de mer   et du poisson d’élevage,  facturés quelquefois au   SMIG local, s’évertuant dans la plupart du temps, à confirmer « de source sûre » telle ou telle nouvelle sur la situation politique du pays, avec des « ya qu’a.. », à n’en plus finir.

Et en partant, ils  distribuent  des pourboires faramineux, pour être  bien reçu la fois suivante comme un habitué de la maison.


Mais ce jour là, une lassitude particulière plombait mes jambes, l’ami avec lequel, je supportais mon ennui, se lassa de mes hésitations et me laissa seul, face à mon désarroi hebdomadaire.

Le football n’ayant jamais été ma tasse de thé, je me refugiais naguère dans de longues ballades dans les campagnes, me prenant pour un photographe.

Cette distraction devenue sport extrême actuellement,  de peur des braquages et de l’insécurité réelle ou supposée, et en plus, il faut chercher longtemps pour trouver un paysage sans  un monticule d’ordures  ou des sacs en plastique pendus aux arbres.

....Et maintenant que vais-je faire, comme disait Aznavour, de tout ce temps que sera ….mon dimanche.

Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 17:56

 

Profitez du meilleur de Paris Haute Couture Fashion Week Automne / Hiver 2013/14.

Regardez les meilleurs défilés de mode de Paris.


Giambattista Valli
Dior
Stéphane Rolland
Maison Martin Margiela
Elie Saab
Schiaparelly by Christian Lacroix
Iris van Herpen
Yanina
Viktor & Rolf
Alexandre Vauthier
Alexis Mabille
Valentino
Jean-Paul Gaultier

30 minutes de nouvelles tendances de la mode de la capitale de la haute couture.


Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 11:13

 

lemule1

 

 

Chaque année à la même époque, un poisson extraordinaire par le goût et la fraicheur pointe du nez : c'est le mulet au point jaune.

Véritable institution chez les connaisseurs, que ce soit à Mahdia, Chebba ou autre Bibane à Zarzis, ce poisson ne pointe son nez qu'en automne, vers le mois d'octobre.

Il est reconnaissable par le point jaune, qui le distingue par rapport au mulet classique, qu'on trouve abondamment le reste de l'année.

Il est appelé «Mujil», chez les Mahdois, «Mila», pour les habitants de Salakta et «Ktoubri» pour ceux de la capitale, en référence au mois d’octobre, période de transhumance et d’amour pour ce poisson. 

 

 

 

 

mulet2

 

Pour que ce soit un vrai régal, il suffit de le griller sur un feu de bois ou de charbon car il perd son goût royal à la cuisson.

 

Si vous êtes du côté de la Tunisie, réservez votre table dans un restaurant en insistant si "le mujil " ou "mila" fait partie de son menu, sinon recommandez lui de vous en chercher chez la poissonnier.

Pour le reste du repas, privilégiez un accompagnement sans trop d'épices, car le goût de ce poisson grillé nature, sans l'abominable cumin, vous donnera une véritable symphonie gustative.

(Reprise d'un de mes anciens post de 2010)

Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 20:00

 

Il y avait presque quatre ans, j'avais publié un article  sur la GP1 vers Hammamet et j'ai publié des photos nostalgiques, je suis repassé cet après-midi et j'ai décidé de ne pas montrer les photos de ce qu'est devenu l'environnement de cette route, que j'avais appelé pompeusement, la route 66 de la Tunisie : gravats, ordures , manque d'entretien des rares constructions d'une autre époque que j'avais montré en photos.

C'est pour cela, je suis triste : quelle est la malédiction qui nous rend insensible à la laideur.

Serait ce notre destin de voir la déliquescence de ce qui a fait le bonheur de notre enfance.

 

-_-_-_-_-_-__-_-_-_-_-__-_

 

 

Pour ceux qui ont connu la GP1, de  Tunis, on traversait tout la Tunisie.
Chaque borne kilométrique, chaque village avait son charme, c'etait notre route 66.
En allant à Hammamet, sortez à Turki, car bien qu'en évitant Grombalia, qui vaut un voyage à elle seule, vous verrez une nature que le temps et le modernisme n'ont pas atteint.




Une décision incompréhensible à massacré les eucalyptus, sur des kilométres, ceux çi, en vrais combattants de ce pays, donnent une leçon de vie  à tout le monde, car ils renaissent de leurs cendres pour aller vers le haut.




Une gare que Sergio Léone aurait aimé filmer, nostalgique, belle, donnant une leçon de modestie à toutes autres gares travesties et défigurées par le marbre et la menuiserie aluminium.





Une belle école, qui a rendu sûrement beaucoup de service pour que le savoir soit une tradition dans ce pays .




 

Souk hebdomadaire de Bouargoub.




Notre route 66, belle, tranquille, aucun âne ne la traverse, preférant les blogs pittoresques d'orientalistes en mal d'images d'épinal.On en retrouve cependant quelques uns conduisant des camionnettes.




Trés loin, le reste de la villa, que les Italiens de tunisie ont construit à leur Duce, en prévision d'une colonisation Italienne pendant la deuxiéme guerre mondiale.
L'histoire a montré que les invasions les plus réussies viennent avec les belles femmes et non avec les armées ( là , je n'ai pas de photos illustratives, mais venez sur les plages en été pour vérifier......
)

Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 10:45

 

« Deux de mes jours comptés ne me tourmenteront jamais : Hier, déjà oublié, demain, dont je n'ai nulle envie.  »

de Omar Khayyâm


 

Depuis des mois, j'ai déserté  ce blog.

Je l’ai déserté doucement en écrivant moins et en publiant des nouvelles roses qui se marient au luxe, les vacances, bref des notes d’espoir, superficielles, mais bien à propos.

Puis, ces articles, légers, ne correspondaient plus à la situation d’où ma fuite vers le silence.

Ce  blog  était pourtant, pour moi, pendant des années une sorte de défouloir, me permettant de temps en temps d'éditer une nouvelle (littéraire) ou d'exprimer une humeur passagère, une photo expressive.

J'ai abandonné ce blog, mon refuge car quelque chose a cassé en moi.

Personne ne peut se targuer survivre s'il n'a pas d'objectifs, de projets, ...d'espoir.

Oui, de part mon vécu, et pendant un moment,  j'ai rarement été déçu à ce point d'une dégradation de la situation sur le plan social, moins de travail dans les hôtels, le bâtiment, augmentation  des vendeurs ambulants, dégradation de l’environnement, gravas et déchets des chantiers, ordures etc…

Depuis quelque temps, la situation s’améliore en apparence,  mais la rentrée s’annonce avec des incertitudes   comme des nuages  plus ou moins bénéfiques.

Je continue, cahin caha, à  cohabiter avec Hammamet, ses habitants, ses habitués d'un soir,  vacanciers ou ceux qui y habitent, travaillent et luttent pour la vie.

L'espoir que sa vocation première, fournisseuse de joie et d'espérance, renaisse et lui redonne la place qu'elle mérite.

 


 

Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 10:51

 

 

J'ai glané ça et là quelques photos impressionnantes sur le site photo.net.

Je vous fais partager le plaisir de les déguster.

Bonne journée

 

6803349-lg.jpg.gif

 

 

17081238-md

 

16976612-md

17132833-md

3259736-lg

3605310-lg

3595336-md

12262210-md

Repost 0
Published by mon - dans Humeurs
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Hammamet autrement
  • Le blog de Hammamet  autrement
  • : Hammamet Autrement & plus encore
  • Contact

Profil

  • mon
  • Tu n'as pas aujourd'hui de prise sur demain,
Mais y songer c'est se donner l'esprit chagrin.
Ne gâche pas l'instant tandis que ton coeur veille:
Ce qui te reste à vivre est encore incertain.
o.khayam
  • Tu n'as pas aujourd'hui de prise sur demain, Mais y songer c'est se donner l'esprit chagrin. Ne gâche pas l'instant tandis que ton coeur veille: Ce qui te reste à vivre est encore incertain. o.khayam

Recherche

Culture